petrole

"Fraîchement divorcé, avec deux filles à charge, Pål, la quarantaine, est un joueur endetté jusqu'au cou. Acculé par ses créanciers, il ne voit bientôt plus qu'une issue : faire appel à Rudi, de la bande à Jani. Et la solution ne se fait pas attendre. Une bonne vieille arnaque à l'assurance, qui dit mieux ? Pourtant, rien ne va se passer comme prévu ; car en matière d'escroquerie il est préférable de ne pas avoir recours à un gangster en pleine crise existentielle et, surtout, d'éviter les témoins. Manque de bol, les jeunes amoureux Daniel et Sandra ont aperçu le petit groupe comploter dans la forêt. En ces jours de septembre, de nombreux destins vont basculer à Stavanger, ville portuaire du sud-ouest de la Norvège..."

 

Je l'ai traîné, ce roman. Pas seulement à cause de circonstances familiales (la Boulette teste le dictionnaire médical en ce moment), mais aussi parce qu'au moment de choisir comment profiter de mon temps libre, il n'arrivait jamais en première position.

Il est pourtant très bien  ! Dans une ambiance rock'n'roll, de joyeux paumés s'entrecroisent. Ados en crise, petites frappes attendrissantes et adultes à la dérive se mêlent dans un discours aux voix plurielles. Chaque petit chapitre donne la parole à l'un deux, et nous permet de mieux faire connaissance. Ils sont tous attachants à leur manière.

Les références musicales égrenées au long des pages étoffent la toile de fond de l'histoire, sans pour autant être obscures et le réserver aux amateurs. Vous pourrez parfaitement l'apprécier sans être fan de musique.

Je l'ai trouvé assez long à démarrer. La quatrième de couverture nous en dit beaucoup sur un événement qui ne se décide qu'à la moitié du roman : avant cela, tout se met simplement en place, et on se demande quand ces personnages vont finir par entrer en contact, d'autant plus que les liens entre eux sont ténus. Une camarade de classe, une vague connaissance... pas de quoi former un groupe cohérent, à priori. On ne s'ennuie pas pour autant : le rythme est bien calculé, et on trouve toujours une motivation à tourner une page de plus.

Cependant, en le refermant, j'y trouve un goût d'inachevé. Je ne sais pas si cette histoire nous a mené quelque part. Les personnages ont-ils changé, grandi ? Quel était le propos, exactement ? Les théories s'enchaînent dans mon esprit, sans que j'y trouve de réponse satisfaisante. L'auteur cherchait-il à nous dire qu'il faut se méfier de ses passions (passion de la gym, du poker, passion amoureuse, passion de l'autorité...) ? Est-ce que cela concernait la manière dont on aborde le changement, dont on franchit les frontières qu'on s'était imposées ?

Ou n'y avait-il ni message, ni morale, et s'agissait-il simplement d'une tranche de vie ?

Aucun épilogue ne nous donne davantage de détails sur leurs destins. J'aurais pourtant aimé savoir ce qu'ils devenaient !

J'ai bien aimé "Les rois du pétrole". J'ai passé un bon moment. Mais ça s'arrête là.

 

Merci à Babelio et aux Presses de la Cité de m'avoir permis de le découvrir.

 

babelio

logoPresse