uglies

"Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s'apprête à subir l'opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n'aura plus qu'une préoccupation, s'amuser... Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l'entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu'un secret d'État : une manipulation. Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection?"

 

"Uglies" est le premier tome d'une série qui en compte quatre au total. Encore une petite dystopie jeunesse dont je n'attendais pas grand chose. Je suis ravie d'avoir passé un si bon moment, au point que j'ai immédiatement commandé le deuxième tome, et que je n'en peux plus de l'attendre!

De base, l'histoire a l'air totalement superficielle, mais elle est plus subtile qu'on ne pourrait le croire. On découvre la manière dont l'estime des adolescents est sapée: ils sont moches, tous, définitivement, et seule une opération peut les rendre beaux. Les surnoms qu'ils se donnent mettent en exergue leurs défauts physiques. Les professeurs leur expliquent que la seule manière de rendre les gens égaux et d'éviter de s'entretuer pour des questions de couleur de peau, ou de voir arriver au pouvoir un incapable ayant pour seul mérite son sourire ultra-bright, est cette uniformisation de masse. Tout est fait pour qu'ils ne remettent jamais en question la nécessité de passer sur le billard pour avoir enfin une apparence irréprochable: en-dehors, pas de salut. Qui voudrait vivre moche et rejeté toute sa vie? Et pour faire quoi? Couper des arbres et manger des animaux, comme les Rouillés (les habitants des siècles précédents)? Ne soyez pas ridicules.

Tally rêve de devenir Pretty, et l'auteur nous fait partager ce rêve. Tout a l'air tellement parfait, là-bas, de l'autre côté du fleuve. Même nos doutes et les inévitables révélations sur la réelle nature de l'opération ne parviennent pas tout à fait à endiguer ce désir. On reste très curieux de savoir ce qu'il se passe à New Pretty Town, mais on se contentera, dans ce tome, d'apprendre ce qui se passe du côté de ceux qui ont décidé de s'exclure du système et de s'exiler à la Fumée.

Cette deuxième partie m'a paru beaucoup plus longue que la première. Autant la mise en place de l'intrigue était fascinante, autant l'existence rudimentaire des fuyards traînait en longueur. Heureusement, l'histoire reprend son cours efficace juste après l'événement qu'on avait tous venu venir à trois kilomètres.

Bien sûr, c'est prévisible et plein de bons sentiments. Tally fait des erreurs grossières pour lesquelles on a envie de la secouer un bon coup. Mais c'est aussi un brave petit bout de femme qui a à coeur de réparer les dégâts qu'elle cause. On ne sombre jamais dans la niaiserie. Et je serais bien hypocrite de faire ma fine bouche après l'avoir dévoré si rapidement!

Un page-turner efficace et réfléchi!

bannièreABC2014-aléatoire